La demeure de Manon
 
AccueilCalendrierFAQGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [RP] Ramponneau mon amour

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Manon
Mini-blonde
Mini-blonde
avatar

Messages : 149
Date d'inscription : 14/08/2012

MessageSujet: [RP] Ramponneau mon amour   Jeu 16 Fév - 20:43

    [A Paris, une ruelle comme les autres... ]


Depuis plusieurs mois maintenant, Manon n'avait plus le temps de fureter dans Paris. La faute à la "croisière" offerte par tonton afin d'opérer le déménagement du Languedoc aux Flandres, puis à la mobilisation en Anjou, puis à la mobilisation hors Anjou, puis... Mais récemment, la Blondinette s'était rendue à deux reprises à Paris, les deux fois au Louvre, à un bal tout d'abord, puis à une remise de monnaie pour services rendus à la Couronne de France. Pour ces deux occasions, Manon avait voyagé en compagnie de ses soeurs d'armes. Si pour le bal, Manon n'avait pu fausser compagnie à ses aînées Blanches, il en avait été tout autre suite à la cérémonie de remise des monnaies. En effet, nombre de ses soeurs avaient été appelées à se rendre en d'autres lieux pour la journée. Aussi, plutôt que d'attendre leur retour bêtement avec les autres, la dragée avait pris la tangente, une fois sa monnaie en poche, pour aller se balader dans les rues de la capitale. Car si l'adolescente acidulée dans son quotidien d'apprentie Dame Blanche et Porte-Parole du dit ordre s'épanouissait, le manque se faisait clairement ressentir depuis quelques jours. Autant dire qu'elle comptait bien assouvir son addiction dans les heures à venir. Alors non, l'Amnell Junior n'était adepte d'aucunes médications particulières, ni d'aucunes boissons - si ce n'est la citronnade bien sûr ! -, seulement du jeu... et du rose... évidemment ! Et c'est cette soif de jeu (pas de rose ! suivez un peu !) qu'elle était bien décidée à étancher. Elle quitta donc précipitamment le Louvre et ses jardins, puis fila de petites rues en petites rues, de chicanes en chicanes à la recherche d'un établissement où elle pourrait se laisser aller à sa passion des cartes. Car aujourd'hui, la demoiselle voulait jouer ! Rien de plus, rien de moins.

Les aigues-marines s'étaient délectées des devantures des boutiques, des objets vendus par-ci, par-là par des marchands ambulants et de l'animation foisonnante qui y régnait. Et cela faisait maintenant plusieurs heures qu'elle errait dans les rues pas toujours classieuses de Paris sans succès. La jeune fille soulevait les pans de sa robe blanche, aux broderies sinoples en forme d'arabesques sur les manches évasées et le bas du vêtement, afin d'éviter de la souiller de trop et d'avoir écrit sur le front en grosses lettres capitales "a zoné toute la sainte journée comme une mauvaise fille" alors qu'elle retrouverait son ordre le soir venu. Le bliaud, qu'elle portait, était simple mais de bonne facture malgré tout et il était recouvert d'un lourd et long manteau de laine qui permettait à la blondinette - outre de lui tenir bien chaud - de passer un peu plus inaperçue. Mais petit à petit l'excitation ressentie précédemment à l'idée de jouer aux cartes avait laissé place à la déception. Les picotements dans le ventre, le coeur qui bat à 100 à l'heure, la tête comme anesthésiée d'envie et plus capable de penser raisonnablement à l'idée d'obtenir ce qu'elle voulait et souhaitait, avaient complétement disparu... L'apprentie Dame Blanche n'avait pas trouvé de rade pour jouer, hormis ce truc puant où le tenancier lui avait jeté un coup oeil lubrique, et d'où elle était sortie aussi précipitamment qu'elle n'était entrée. Et pour couronner le tout ? Dans sa marche éperdue de droguée en quête de jeu, Manon n'avait pas fait attention aux ruelles qu'elle avait empruntées...


    - ... Et je suis perdue..., soupira-t-elle tandis que les aigues-marines balayaient les lieux, histoire de se raccrocher à une chose connue.


Dépitée par sa bêtise et son manque de jugeote prégnante, l'adolescente s'assit sur une petite marche qui devait être le perron d'une échoppe. Le visage marmoréen penché et enserré de ses mains, la blondinette réfléchissait à la manière de se sortir du pétrin dans lequel elle avait plongé tête la première.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Manon
Mini-blonde
Mini-blonde
avatar

Messages : 149
Date d'inscription : 14/08/2012

MessageSujet: Re: [RP] Ramponneau mon amour   Mer 22 Fév - 20:39

Artur a écrit:
Artur déambulait dans les rues parisiennes, « légèrement » éméché.
Le pauvre garçon avait passé la journée dans un lupanar, à parler gestion. Paraissait-il qu’à la disparition de la tenancière, il hériterait du Boudoir des Sens. Il n’avait pas spécialement envie de passer ses soirées dans un bordel à gérer des clients, des putains et des écus. Il préférait les passer en taverne à boire, à discuter ou à perdre des écus bêtement en s’obstinant à jouer à un jeu auquel il ne savait absolument pas jouer. Ouais parce qu’il était du genre à miser encore et encore et encore, en se disant que « sur un malentendu, ça peut marcher ».

Paris ne manquait pas de tavernes mais Artur faisait le difficile. Celle-ci était bien trop mal fréquentée ; dans celle-là, il ressortirait probablement avec la lèpre ; dans cette taverne-là, les gens n’étaient que des ignares et Artur n’aimait pas les ignares.
Alors il marchait, passant devant des dizaines d’établissements sans prendre la peine de s’arrêter. Et plus il avançait, plus il s’enfonçait dans le Paris qu’il n’aimait pas et qu’il cherchait à tout prix à éviter.


P’tin ! Maugréa-t-il alors qu’il essayait de ne pas trop se frotter aux passants, de peur d’attraper une quelconque maladie.
Son sens de l’orientation était aussi bon que celui d’une femme. Et c’est tout naturellement qu’il se perdit aussi. Le jeune se tourna et se retourna, ne reconnaissant absolument pas l’endroit où il était. Et à force de s’agiter, sa bouteille lui glissa des mains pour venir se briser aux pieds d’une blonde dépitée.


Han ! P’tin ! J’suis désolé.

Artur se laissa tomber à côté d’elle et lui balança un sourire Colgate. Il lui souffla son haleine avinée au visage, en balbutiant un « salut ». Le pauvre garçon était bien trop bourré pour faire le beau. En plus, il venait de lui pourrir ses bottes.

Mais genre, VRAIMENT, désolé.

Au cas où elle aurait pas compris la première fois…

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Manon
Mini-blonde
Mini-blonde
avatar

Messages : 149
Date d'inscription : 14/08/2012

MessageSujet: Re: [RP] Ramponneau mon amour   Mer 22 Fév - 20:39

    [A Paris, une ruelle comme les autres : catastrophe ! ]


Et une bouteille de rhum ! De vin en l'occurrence, qui se renversa non seulement sur les bottes en cuirs de la blondinette mais qui plus est sur le bas de sa robe. Robe, qui on le rappelle, est blanche aux broderies vertes. La blondinette soupira, écarquilla les yeux, ses lèvres pulpeuses se détachèrent l'une de l'autre en contemplant le carnage. Et les aigues-marines virèrent au saphir profond lorsqu'elle releva les yeux sur le jeune homme qui, non content d'avoir détruit sa robe, venait de se vautrer comme un mécréant à ses côtés. Manon le toisa un instant alors qu'il lui souriait de toutes ses dents lui soufflant son haleine avinée lors de confondantes excuses. Résumons donc la situation ! La dragée était perdue dans Paris, dégageant une odeur de vin, la robe et les bottes tachées - à l'image d'une mauvaise fille (à ses yeux du moins) - et coincée avec un mendiant ! La Dame Blanche détailla le dit mendiant de la tête aux pieds. Grand, pas moche à première vue et il n'avait pas vraiment l'air d'un sans le sous. Néanmoins, l'habit ne faisant pas toujours le moine et les Vertus chevaleresques tenant à coeur à l'Amnell Junior - quand bien même, elle était loin de les posséder -, cette dernière respira un grand coup et afficha un sourire de circonstances.

    - Ce n'est pas grave... Ce n'est que matériel..., lui dit-elle d'un calme olympien, tandis qu'une tempête s'agitait en son for intérieur. Oui ce n'était que matériel. Oui, une apprentie dans la voie de la chevalerie ne devait pas attacher d'importance à des biens matériels. Il n'empêche que ses bottes étaient en cuirs italiens ! Alors mince ! Elle était bien dégoûtée même si elle n'en montrait rien.


Ne se départissant pas de son masque, la blondinette dégagea les quelques morceaux de verre qui lui avaient atterri dessus. Que faire maintenant ? Manon n'en savait fichtrement rien. Lui demander s'il a besoin d'aide ? Partir et le laisser là ? Avec le risque que trop éméché, il ne reprenne la route, glisse et se casse la figure dans un abreuvoir à chevaux et se noie là. Ou bien qu'il ne s'endorme ici et se fasse racketter le soir venu. A moins qu'il ne s'endorme pour ne jamais se réveiller suite à un trop plein d'alcool. Manon, tel Hercule, se trouvait à la croisée des chemins. Ne pouvant se résoudre à laisser le jeune homme dans l'embarras, elle engagea donc la conversation.

    - Bonjorn, je m'appelle Manon. Vous allez... bien ?


En fonction de sa réponse, elle l'aiderait à rentrer chez lui, en effectuant un petit arrêt en taverne pour lui payer une tisane, histoire de le désaouler un peu... Ce serait sa bonne action du jour, sachant qu'il allait falloir étoffer cette bonne action histoire que cela passe auprès de ses soeurs lorsque dans quelques heures, elle devrait les rejoindre. Puis, avec un peu de chance, le jeune homme pourrait - malgré son état - lui indiquer la route du Louvre.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Manon
Mini-blonde
Mini-blonde
avatar

Messages : 149
Date d'inscription : 14/08/2012

MessageSujet: Re: [RP] Ramponneau mon amour   Mer 22 Fév - 20:40

Artur a écrit:
Ah ? V… Vraiment ? Balbutia le jeune homme, regardant son interlocutrice curieusement. C’était la première fois qu’il rencontrait une femme qui ne prêtait que très peu d’attention à ses vêtements. Avec une autre, il se serait très certainement pris une gifle, accompagnée d’insultes diverses et variées.
Après ces quelques minutes à regarder la jeune fille bouche ouverte et véritablement soufflé par le calme dont elle avait fait preuve alors qu’un « poivrot » venait de tâcher sa robe. Il finit par hocher la tête et lui balança de nouveau son sourire Colgate. Peut-être lui jouerait-il un air de flûte plus tard – l’instrument, hein ?
Artur était un grand flûtiste. Cette « passion » était née une petite dizaine plus tôt, à Genève, le jour où il avait rencontré Yohanna, grâce à qui il avait pu acheter son instrument. Et la première fois qu’il avait joué, il avait conquis son public : sa mère. Ce jour-là, grâce à Yo, il avait ENFIN pu révéler son talent caché, Très, très bien caché.
Et alors que sa blonde voisine se présentait, Artur plongea une main dans sa besace pour farfouiller dedans. Il s’arrêta tout de même le temps de relever la tête pour regarder Manon.


’Chanté. Moi c’est Artur…

Le jeune homme se remit à fouiller dans sa besace.

Ouais, ça va. J’suis juste un peu éméché. Et vous, vous m’aviez l’air un peu dépité, non ?

Le brun avait arrêté de fouiller. Il posa ses coudes sur ses genoux et regarda Manon, se demandant ce qu’elle foutait dans une ruelle pareille. Déjà que ce n’était pas conseillé pour un homme « légèrement » éméché, mais alors pour une blonde seule…

Pis qu’est-ce que vous foutez-là ? Franchement, j’me demande ce qu’un endroit pareil fait dans une fille comme ça !*

« Légèrement » éméché, hein ?

J’voudrais pas faire comme à peu près tous les garçons qui s’portent au secours des donzelles pas trop en détresse en prenant un ton paternaliste et en leur faisant la morale, mais c’est pas un peu inconscient, non ?

Fut un temps où Artur avait eu l’âme chevaleresque ; il l’avait visiblement perdue en route…

J’ai une idée pour vous remonter le moral : vous pouvez souffler dans ma flûte ! L’instrument !

[hrp]*citation prise au film "la momie".[/hrp]

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Manon
Mini-blonde
Mini-blonde
avatar

Messages : 149
Date d'inscription : 14/08/2012

MessageSujet: Re: [RP] Ramponneau mon amour   Ven 24 Fév - 18:25

    [A Paris, une ruelle comme les autres : Quiproquo ?]


Souffler dans ma flûte ? La blondinette écarquilla les yeux, pas vraiment sûre de saisir le sens de cette proposition qui ne semblait toutefois pas innocente. Après cet homme à Lyon qui lui avait demandé si elle était une dominatrice - ce dont elle avait vraiment compris la signification après les explications de sa soeur Charlotte - voilà que celui-là lui proposait, l'air de rien (naturellement !), de souffler dans son pipo... Bizarre ! Quand un homme vous propose de jouer avec son pipo, on ne s'attend pas vraiment à le voir sortir un instrument de musique en bois. Certes, Manon était naïve et cela aurait tout à fait pu passer crème, mais tout de même ! Elle regarda Artur en haussant les sourcils, le teint légèrement incarnat, et s'adressa à lui de façon presque sèche, ce qui changeait radicalement du ton employé habituellement.

    - Non... merci ! Ca ira. Je n'ai pas besoin ni de vos propositions indécentes, ni de vos paroles moralisatrices. Parce que vous, vous pensez sincèrement que c'est très moral justement de se promener en plein après-midi dans Paris ainsi éméché ?


Et vlan ! Prends ça dans les dents. La demoiselle détourna son regard du garçon pour le reporter sur ses bottes, histoire de se calmer. Mais, comme ce n'était pas l'idée du siècle eu égard à l'état du cuir, les aigues-marines se perdirent sur les passants. Elle aurait dû l'enguirlander lorsqu'il a tâché sa belle robe et fichu en l'air ses bottes. Elle aurait dû lui hurler dessus. A cet instant, les vertus chevaleresques étaient à des lieues de la blondinette tellement, elle était outrée des propos du jeune homme. Non seulement, il l'avait aspergée de vin, mais en plus il lui faisait la morale assortie de propositions malvenues. Après quelques instants à ruminer, Manon, finalement apaisée, reprit la parole. Peut-être avait-elle mal interprété les propos du jeune homme. Aussi, lui raconta-t-elle ses petits malheurs.

    - Je me suis égarée en cherchant une taverne où jouer aux cartes... Mais sachez que j'ai un couteau et que je sais m'en servir. Je n'aurais aucun remord à vous saigner comme un porc si vous me faites des propositions peu respectables.


Alors, cher lecteur, le "saigner comme un porc", ça ne vient assurément pas de l'esprit de Manon. Jamais ô grand jamais, elle n'aurait l'idée d'utiliser tel vocabulaire en temps normal. Cette expression, elle l'a entendue de la bouche de sa mère - chez qui il est, par contre, courant de s'exprimer ainsi - et elle s'est dit que présentement, les termes étaient tout à fait adaptés afin de poser des limites et peut-être même intimider le garçon d'en face.

    - Vous ne savez pas, par hasard, dans quelle direction se trouve le Louvre ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Manon
Mini-blonde
Mini-blonde
avatar

Messages : 149
Date d'inscription : 14/08/2012

MessageSujet: Re: [RP] Ramponneau mon amour   Mer 1 Mar - 15:50

Artur a écrit:
Indécente ! Sa proposition était indécente !
Artur ne comprenait pas pourquoi cette soudaine agressivité. Et il comprenait encore moins en quoi sa proposition était « indécente ». Il pensait que la musique calmait les esprits, remontait le moral des personnes tristes, dépitées, exaspérées, désespérées et autres adjectifs. Visiblement, il avait mal pensé.
En réalité, le pauvre garçon avait énormément de mal avec les sous-entendus sexuels. Il faut dire qu’il n’était pas doué dans ce domaine. Il n’avait pas connu beaucoup de femmes, à part une catin qui s’était occupée de son pucelage et avec qui ce fut catastrophique. Il avait fait preuve de maladresse et avait prouvé à quel point il était peu doué sexuellement parlant ; il ne faisait honneur ni à son père ni à sa mère. Même niveau drague, il était nul ; beau, mais nul.


Nan mais faut vous calmer hein ! J’vois pas c’est quoi le problème de souffler dans une flûte : j’le fais tout l’temps, moi !

Continue de creuser ta propre tombe Artur, c’est bien.

Et j’suis juste un peu éméché. C’est pas la mort. M’enfin, tout bourré que je suis, je ne risque pas de me faire agresser, moi.
Vous par contre…


Le jeune homme lui lança un sourire sarcastique. Il était à deux doigts de se lever et de l’abandonner là, devant son échoppe, mais il n’en fit rien. Il resta à côté d’elle, la regardant curieusement de ses grands yeux gris. Dubitatif, il se frotta la barbe : venait-elle vraiment de le menacer… ?

Me saigner comme un p…

Artur rit à gorge déployée. Qu’elle était mignonne…

Parce que vous pensez vraiment que vous, vous pourriez me saigner comme un porc ? Demanda-t-il difficilement avant de se remettre à rire. Artur était peut-être nul avec les femmes, mais il était doué avec les armes – merci Enzo. Il avait appris à se battre et à se défendre, sa carrure aidant pas mal.

Après plusieurs minutes à rire, Artur se calma et pointa un doigt dans une quelconque direction, balançant un : « Le Louvre, c’est par là-bas ». Puis il ajouta :


Si vous voulez jouer aux cartes, on peut aller se faire un ramponneau dans une taverne. Y en a pas mal dans l’coin, des tripots.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Manon
Mini-blonde
Mini-blonde
avatar

Messages : 149
Date d'inscription : 14/08/2012

MessageSujet: Re: [RP] Ramponneau mon amour   Mer 1 Mar - 18:27

    [A Paris, une ruelle comme les autres : vole, vole petit pigeon ou tu te feras plumer...]


Quiproquo ! Visiblement, c'en était bien un. Et un beau de surcroit. Si dans un premier temps, la blondinette avait rougi, dans le second, son visage s'était barré d'un large sourire en écoutant les propos du jeune homme. Les aigues-marines le scrutèrent un long moment car si elle était naïve, il l'était assurément plus encore. Peut-être n'aurait-elle pas réagi ainsi s'il n'y avait pas eu cette rencontre avec l'autre obsédé en taverne lyonnaise. C'était même certain. Mais lorsqu'elle l'entendit déclamer qu'il soufflait dans une flûte tout le temps, Manon ne put s'empêcher de rire. Et son rire redoubla lorsqu'il poursuivit en déclamant fièrement qu'elle ne réussirait pas à le saigner comme un porc. D'un mouvement du menton, l'apprentie Dame Blanche désigna le sac dans lequel Artur avait fouillé bruyamment quelques instants plus tôt.

    - Vous avez réellement une flûte dans votre sac ? Puis-je la voir ?


N'y voyez aucun mal puisque le garçon parlait bien d'un instrument de musique ! Pas de raison qu'elle se retrouve avec autre chose sous le nez. Et souriante toujours - et ce malgré les moqueries d'Artur et ses rires - la jeune fille déclara.

    - Vous pouvez rire mais à votre place, je ne serais pas si sûre de moi. Il ne faut pas se fier aux apparences. Vous pouvez très bien être grand et costaud, et, ne rien avoir dans les bras. J'appartiens à un ordre royal et je sais me battre... J'ai combattu pour le royaume.


Bien sûr, savoir se battre était une bien grande expression. Elle avait, certes, combattu pour son royaume, elle avait vraiment abîmé une angevine sur le champ de bataille, mais, la blondinette en avait été malade pendant plusieurs jours. Puis, elle était la fille du plus grand capitaine royal qu'ait connu la Champagne et d'une ancienne amirale de zone... Ca vous légitimait un petit bout de femme quand même. Non ? Bon... Manon montra à Artur la fine cicatrice qui lézardait le dos de sa main de son annulaire jusqu'à son poignet.

    - Blessure de guerre et vous n'avez pas vu l'état de mon adversaire..., déclara-t-elle fièrement tandis que ses pommettes rosissaient du fait de son léger mensonge. Si la cicatrice était réellement une blessure de guerre, cette fois là, elle n'avait pas effleuré son ennemi. ... Mais puisque vous le proposez, j'accepte volontiers votre invitation à une partie de carte !


Comment résister un une telle proposition ? Vous y arriveriez vous ? Pas Manon. Elle était perdue, mais, il lui proposait de jouer aux cartes, de parier, de possiblement le plumer. Et elle en avait envie la petite blonde - tellement envie -, alors telle une droguée en manque, elle se leva d'un bond et lui balança un "c'est quand vous voulez". En plus, il lui avait donné la direction du Louvre, qu'elle soit bonne ou pas, en cet instant, ça n'avait pas grande importance pour l'Amnell Junior. Oscar Wilde ne disait-il pas que "La meilleure façon de résister à la tentation, c'est d'y céder" ? Et il avait foutrement raison...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Manon
Mini-blonde
Mini-blonde
avatar

Messages : 149
Date d'inscription : 14/08/2012

MessageSujet: Re: [RP] Ramponneau mon amour   Mer 8 Mar - 22:58

Artur a écrit:
Artur ne comprenait définitivement pas les femmes. Elles changeaient d’avis comme de chemises. Et ne parlons même pas de leurs humeurs !
Le pauvre garçon secoua la tête et soupira longuement, un chouïa dépité. Il recommença à fouiller dans sa besace en bordel. Si Manon voulait voir sa flûte, elle en écouterait un morceau. Un morceau composé par Artur lui-même. Le jeune homme sortit son instrument et le tendit à Manon. C’était une jolie flûte qu’il avait pu se payer grâce à Yo, son premier amour – pas réciproque puisque Yo n’avait pas été attirée par un gamin de 10 ans alors qu’elle était déjà adulte. Quel dommage… !


Je l’ai achetée à Genève avec une pièce d’or qu’on m’avait donnée. Elle s’appelait Yohanna. Elle doit toujours s’appeler. ‘Fin, j’espère pour elle.
J’joue bien ! Un vrai troubadour. J’vous jouerai un air de flûte en taverne. Si, si, j’insiste.


Artur se releva, fourrant la flûte qu’il avait reprit dans sa besace. Il ne voulait pas que tout le monde profite de ses talents de flûtiste.
Et puis avant d’interrompre ce joli moment, il voulait profiter des blagues de Manon. Le brun levait les yeux au ciel, secouant la tête de droite à gauche et de gauche à droite. Il regarda furtivement sa blessure de guerre en souriant. Il aurait vendu son âme au Sans-nom pour voir l’état dudit adversaire.


Bon, admettons que vous sachiez vous battre. Pourquoi pas ? Mais j’ai été écuyer. J’ai appris à manier les armes et j’les manie plutôt bien. Je m’entraînais énormément et j’ai continué à m’entraîner.
Si vous pouviez voir ce qu’il y a sous ma chemise, vous comprendriez.


Mais bien sûr, il n’en montrerait rien ; personne n’allait ni sous sa chemise ni dans ses braies. Non, non, rien avant le mariage ! Non pas qu’il avait des principes religieux et qu’il était psychorigide, mais mieux valait-il qu’il se marie avant que la femme ne se rende compte qu’il était sexuellement très nul. C’était à peu près sa seule chance d’avoir une femme.

M’enfin… J’préfère aller jouer aux cartes. Allez, venez.

En vrai, Artur ne savait pas vraiment où aller, mais ça ne l’empêcha pas d’avancer. Il regardait tout autour de lui, dans l’espoir d’y trouver un tripot très bientôt.

J’suis pas perdu, hein ? Essayait-il de se convaincre lui, plus qu’elle. Ouais, il avait vraiment le sens de l’orientation d’une gonzesse.
Artur entra dans quelques établissements pour voir si on y jouait aux cartes. Et, à force de persévérance, il trouva un tripot. Il ouvrit la porte en grand et laissa passer Manon. Il était peut-être niais, mais il était très galant. Il leur commanda à boire et s’assit à la table de jeu.


Bon, bon, bon… Prête ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Manon
Mini-blonde
Mini-blonde
avatar

Messages : 149
Date d'inscription : 14/08/2012

MessageSujet: Re: [RP] Ramponneau mon amour   Mer 8 Mar - 22:59

    [A Paris : place au jeu !]


Manon avait observé, touché la flûte, et elle avait même écouté les propos du jeune homme avec attention. Elle avait aussi souri et ri en l'entendant parler de ce qu'il y avait sous sa chemise. Puis, la dragée avait largement rougi à l'idée d'imaginer ce qui se trouvait sous le vêtement. Vilaine pensée adolescente... Non, elle ne voulait pas savoir, ni imaginer, et encore moins voir. Ou peut-être que si, juste un peu, un tout petit bout, juste pour voir comme ça, par curiosité en somme ! La blondinette, interdite quelques instants, secoua la tête pour reprendre ses esprits, rougissant de plus belle. Non, non, non, elle ne voulait pas savoir... Manon se contenta donc d'agiter un peu plus la tête de gauche à droite, aigues-marines détaillant le bas de sa robe afin de dissimuler ses rougeurs, et déclara bêtement n'ayant pour le coup aucune répartie.

    - Je ne veux surtout pas voir ça... Je n'ai pas envie de cauchemarder.


N'empêche qu'il lui avait fallu un certain temps pour se débarrasser de l'incarnat qui s'était invité sur sa peau albâtre. Puis, Artur lui avait dit de le suivre. L'apprentie Dame Blanche n'avait même pas hésité. Pourtant, ce garçon semblait un peu bizarre - à première vue du moins - mais Manon ne savait trop comment définir sa bizarrerie. Bizarre gentil ou bizarre psychopathe qui allait l'assassiner au détour d'une sombre ruelle ? L'envie de jouer était trop forte, et, il avait l'air de savoir où il allait. Enfin, c'est ce qu'elle pensait... Même si, à le voir rentrer, sortir des établissements, la blondinette avait commencé à douter. Mais ses doutes s'étaient envolés lorsqu'ils avaient trouvé LA taverne où donner libre cours à leur passion brûlante et dévorante. Je parle de la passion du jeu bien évidemment... A la question d'Artur, l'Amnell junior répondit sûre d'elle.

    - Plus que prête ! Et vous ? Prêt pour votre défaite ?


Non, vous ne rêvez pas : Manon fanfaronnait. Elle fanfaronnait alors qu'elle perdait presque systématiquement dés qu'elle jouait. Mais que voulez-vous ? Il s'agit là d'une technique d'intimidation. En plus, le garçon avait un peu bu. Nul doute qu'elle allait le pigeonner... sur un malentendu... Malgré tout, elle lui demanda :

    - Vous jouez souvent ?


La jeune fille s'installa en face d'Artur. Elle enleva son lourd manteau - car si dehors, il faisait frais, dans le tripot, où ils se trouvaient, régnait une chaleur étouffante - et le déposa sur la chaise inoccupée qui se trouvait à sénestre. Manon mélangea les cartes puis les distribua. Deux pour elle, deux pour lui. Elle délia la bourse de cuir qui ornait sa taille et en sortit une pièce de 50 deniers qu'elle déposa devant elle.

    - Je vous propose de miser 50 deniers et un écu pour les mises initiales. Qu'en pensez-vous ? , puis elle enchaîna. Et vous venez d'où au fait ? Et vous faites quoi ? Hormis renverser du vin, casser une bouteille aux pieds d'une fille puis vous vautrer contre elle en lui proposant de regarder votre flûte ?


Un sourire taquin s'afficha très nettement sur le visage de la blondinette... Du bout des doigts, elle tapota la table dans l'attente de la mise de son adversaire du jour.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Manon
Mini-blonde
Mini-blonde
avatar

Messages : 149
Date d'inscription : 14/08/2012

MessageSujet: Re: [RP] Ramponneau mon amour   Jeu 16 Mar - 21:57

Artur a écrit:
Défaite, défaite… Toujours les grands mots ! Lança Artur en se débarrassant du superflu vestimentaire. Il essayait de se la jouer, faisant croire par son attitude qu’il était un expert en ramponneau. S’il gagnait contre Manon aujourd’hui, ce ne serait qu’à cause de la chance du « débutant ».
En réalité, le jeune homme n’avait aucune idée de ce qu’il devait faire avec les cartes qu’il avait entre les mains. Enfin, si, il le savait : faire des combinaisons. Seulement, niveau combinaisons, il était carrément nul. Il allait miser encore et encore et encore juste parce qu’il avait une paire de deux. Oui, oui, même s’il n’avait rien d’autre ! Artur se disait « joueur » alors qu’il était juste profondément nul et stupide.


C’est vous qui allez pleurer quand j’raflerai toutes les mises ! Bouhou ! Ajouta-t-il en faisant mine de pleurer et d’essuyer de fausses larmes.
A la question suivante, il hocha la tête sans rien dire. Il ne jouait pas si souvent que cela, mais à chaque fois qu’il jouait, il perdait des sommes considérables. Remarquez qu’il aurait pu ne rien perdre s’il savait s’arrêter à la troisième ou quatrième partie. Au début des parties, il gagnait. Mais plus il continuait et moins il gagnait.
Et bref.


Très bien pour les mises. On va faire comme ça pour le début.

Le jeune homme posa sa bourse sur la table, tira sur la corde pour l’ouvrir et en sortit 50 deniers qu’il posa sur la table. Il regarda ses cartes et plissa légèrement les yeux avant de les relever vers Manon.

Je viens de Paris et je passe la plupart de mes journées à apprendre des trucs et des machins pour gérer un truc et un machin.
Rien de bien intéressant…


Vous ai-je déjà dit à quel point Artur haïssait la gestion ?

Et vous ? Vous foutiez quoi dans cette ruelle ? Et seule ?

Le brun fit mine de renifler quelque chose, regarda la blonde et se pencha vers elle.

Vous sentez le vin en plus… Non, vraiment, c’est pas très sérieux. Et pourquoi vous voulez aller au Louvre au fait ?

Artur en oublierait presque la partie et les cartes qu’il a entre les mains. Non pas qu’il tombe désespérément amoureux de Manon, mais il n’a pas l’habitude d’avoir une conversation normale avec quelqu’un de normal… Du coup, le reste est un peu secondaire.

Il ne faut pas oublier la flûte ! Que vous ayez la chance d’entendre le meilleur flûtiste du siècle ! Que dis-je, du millénaire !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Manon
Mini-blonde
Mini-blonde
avatar

Messages : 149
Date d'inscription : 14/08/2012

MessageSujet: Re: [RP] Ramponneau mon amour   Jeu 16 Mar - 21:58

    [A Paris : place au jeu !]


Le bout de ses doigts s'agitaient toujours sur le bord de la table alors qu'Artur faisait semblant de pleurer à l'idée qu'il pourrait la "vaincre" au jeu. Manon arqua un sourcil, puis un deuxième. Puis ses yeux s'écarquillèrent lorsque l'adolescente le vit déposer sa pièce de 50 deniers. Les aigues-marines firent un aller-retour sur la pièce puis sur le jeune homme et ainsi de suite à trois reprises tandis que les lèvres de la blondinette s'éloignaient pour se rejoindre ensuite. Mais ? Il ne savait pas jouer en fait ! Un sourire victorieux se dessina sur le visage marmoréen de l'Amnell junior et elle déclara avec une touche de moquerie dans la voix :

    - Pas si vite papillon... Qui vous a appris à jouer au ramponneau ainsi ? Pour rappel, le premier mise 50 deniers mais le second doit jouer 1 écu. A moins que vous ne trichiez ? Les yeux de l'apprentie Dame Blanche se firent inquisiteurs alors qu'elle le détaillait de haut en bas. Tentative de déstabilisation ! Ne vous avisez pas d'essayer de m'arnaquer ! Donc vous rajoutez 50 deniers.


S'il y avait bien une chose avec laquelle elle ne plaisantait pas, c'était bien avec les règles du jeu. Manon n'aimait ni les tricheurs, ni les voleurs. Et la douce adolescente, gentille, aux yeux de biche, pouvait se transformer en petit dragon dés lors qu'on essayait de l'entuber ou qu'on la prenait pour un lapin de six semaines... C'est que mine de rien, la dragée avait son petit caractère malgré son jeune âge. Héritage familial ! Déjà que la déveine lui collait aux fesses alors si en plus, son adversaire du jour tentait de tricher... Non, hors de question de se laisser faire. La blondinette s'enfonça dans sa chaise quelques instants, juste ce qu'il fallait pour se calmer. Quand ce fut fait, et après avoir observé ses cartes, elle reprit la parole. Il était bizarre ce garçon là et ne manquait pas d'humour malgré tout.

    - Vous apprenez quels genres de trucs et de machins ? Et c'est pour gérer quoi ?


C'est qu'elle était curieuse la mini-blonde. Elle sourit à Artur lorsqu'il posa ses questions. Il était un petit peu curieux lui aussi. Devait-elle lui dire la vérité ou lui mentir ? Pif, paf, pouf, ce sera toi !

    - Ce que je faisais ? Je cherchais un établissement pour jouer aux cartes justement. Jusque là vérité. Et figurez-vous que je sens le vin car un garçon a cassé la bouteille, avec laquelle il s'enivrait, à mes pieds. Navrant n'est-ce pas ? Ca ça n'est pas très sérieux... En plus, il a détruit par la même occasion ma belle robe qui est à coup sûr irrécupérable. Petit mensonge peut-être qu'en frottant bien, elle réussirait à détacher sa robe. Ah, et je cherche le Louvre parce que peut-être que je suis une princesse égarée... ou alors une chambrière égarée.


La jeune fille, fière de son mensonge, relança puis posa la cinquième et dernière carte, plus communément appelée la Rivière. Souriante, elle montra ensuite ses cartes à Artur.

    - Paire de 6 !


Rien de folichon mais c'était mieux que rien. Manon releva le nez et regarda le jeune homme.

    - Non... En fait, je suis apprentie Dame Blanche, un ordre royal... Je vous l'ai dit tout à l'heure. Et mon ordre était invité à une remise de récompense suite à notre aide sur le front angevin. Un éclat de rire plus tard après avoir écouté Artur vanter son talent de musicien. Vous allez bien me jouer un morceau ? Depuis tout à l'heure, vous vous vantez mais je ne vois rien venir...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [RP] Ramponneau mon amour   

Revenir en haut Aller en bas
 
[RP] Ramponneau mon amour
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Apocalypse mon amour...
» 4e session : Pack Amour
» Exposez vos plus belles photos d'amour lbp ici
» Salle de déclarations... d''amour, d''amitié ou autres...
» Mes poèmes d'amour

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le château de sable :: La "caverne de la rose d'or" :: Essais-
Sauter vers: